accueil
La parodontologie

La parodontologie

La parodontologie

Le parodonte est l’organe de soutien des dents et est constitué de 4 éléments :

  • Le ligament alvéolo-dentaire également appelé desmodonte, il se situe entre l’os alvéolaire et la dent et joue un rôle d’amortissement des contraintes que subit la dent.
  • Le cément qui recouvre les racines des dents et s’attache au ligament alvéolo-dentaire.
  • L’os alvéolaire ; Structure non visible, il entoure et assure un soutien à la dent.
  • La gencive, structure fine et riche en vaisseaux sanguins, elle recouvre l’os alvéolaire. Son saignement témoigne d’une inflammation appelé gingivite.

La maladie parodontale est une maladie qui touche les tissus de soutien de la dent dont la plaque dentaire en est l’étiologie principale.

La plaque dentaire est un enduit blanchâtre formé à partir de protéines de la salive, de déchets alimentaires et de bactéries.

Elle se forme spontanément et se dépose à la surface des dents et de la gencive puis se densifie au bout de 24 heures formant ainsi le tartre. Cette matrice minérale fermement attachée à la surface de la dent constitue la porte d’entrée à une infection chronique.

Chronologie et évolution de la maladie parodontale

Premier stade : la gingivite

Dans la majorité des cas, la maladie des gencives se développe lentement, et souvent sans douleur au début. Ce premier stade inflammatoire est la gingivite. Cependant, certains symptômes discrets peuvent être révélateurs :

  • saignement des gencives, même léger, se produisant à l’occasion du brossage des dents ;
  • changement de couleur : les gencives peuvent apparaître rouges ;
  • gonflement des gencives ;
  • sensibilité des gencives au toucher;
  • mauvaise haleine persistante.

Si vous présentez au moins un de ces symptômes, il est recommandé de consulter le cabinet. En effet, au stade de la gingivite, la maladie est réversible. En revanche, si elle n’est pas traitée, elle peut s’aggraver.

Second stade : la paradontite

Au second stade, appelé parodontite, tous les tissus de soutien de la dent sont atteints. L’os de soutien des dents commence à se détériorer. Dans la majorité des cas, la parodontite évolue de manière chronique sur plusieurs années.
D’autres symptômes apparaissent progressivement :

  • Dechaussement des dents: la partie visible des dents semble s’allonger ;
  • Hypersensibilité dentaire en raison du dénudement des racines ;
  • Mobilités dentaires en perdant leur attache sur le ligament alvéolodentaire ;
  • Apparition d’espaces qui n’existaient pas entre les dents;
  • Formation d’abcés qui peuvent apparaitre.

L’inflammation plus ou moins visible des gencives provoque des saignements des gencives spontanés ou provoqués d’importance variable. La perte d'attache du ligament alvéolodentaire sur la dent et la destruction de l’os alvéolaire entraînent la formation de poches parodontales le long des racines des dents. La perte osseuse peut-être horizontale (la destruction de l’os alvéolaire s’effectue de manière relativement uniforme autour des dents) ou verticale (la destruction osseuse non homogène entraîne la création de poches parodontales profondes plus ou moins localisées). Selon la gravité des lésions, la parodontite est classée de superficielle à sévère.

Sans traitement, la parodontite peut aboutir à la perte des dents :

  • par dégradation de l’os qui les soutient ;
  • par une propagation de l’infection aux dents entrainant une mobilisation importante et nécessitant leur extraction.

Par ailleurs, la parodontite non traitée peut avoir aussi des répercussions sur l’état de santé général. Un mauvais état bucco-dentaire peut être à l’origine de complications infectieuses locales ou à distance notamment dans le cadre de parodontopathies sévères. Elle accroît les risques :

  • d’un mauvais contrôle de la glycémie pour les personnes atteintes de diabète ;
  • d'abcès parodontaux ;
  • d’infections cardio-vasculaires, pulmonaires ou d’autres parties du corps.

Notre équipe est à votre disposition afin de réaliser un examen clinique et radiographique complet nécessaire permettant de vous proposer un traitement efficace et individualisé en fonction de l’avancée de la maladie. Les soins de parodontologie ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale, un devis sera systématiquement remis après chaque consultation parodontale.

A l’issu de ces thérapeutiques vous retrouverez une bouche en pleine santé, étape primaire et indispensable à toute thérapeutique ultérieure (implants couronnes…) afin de travailler dans un environnement stablisé et pérenne dans le temps.

Frequently asked questions

Quels sont les Facteurs augmentant le risque de maladie parodontale :

Tabagisme :

  • La consommation de tabac diminue la réponse immunitaire de protection de notre organisme à l’infection bactérienne favorisant la dégénérescence du parodonte.
  • Diminution de la vascularisation et de l’oxygénation de la gencive (gingivite non perceptible).
  • Coloration et contamination de la surface dentaire empêchant l’adhérence du parodonte.

Diabète : l’hyperglycémie favorise la croissance des bactéries de la plaque dentaire induisant une destruction du parodonte.

La diminution des défenses de l’organisme : une fragilisation du système immunitaire dans certaines pathologies (traitements immuno-suppresseurs, cancers, infection par le VIH…), des périodes de fatigue ou de stress favorisent le développement des bactéries à l’origine de gingivites.

  • Certains médicaments : la prise de certains médicaments (chimiothérapies anticancéreuses par exemple) en provoquant une sécheresse de la bouchepeut entrainer le développement d’une maladie des gencives.
  • Les changements hormonaux, chez les femmes, à la puberté, au cours de la grossesse ou à la ménopause.
    Lors de la grossesse, l’élévation du taux de progestérone induit une vasodilatation générale, avec pour conséquence une susceptibilité accrue des muqueuses de la bouche aux agressions bactériennes. Ceci favorise l’apparition de gingivites et le développement de parodontopathies. L’infection parodontale est alors un facteur de risque d’accouchement prématuré ou de bébés de petit poids.
  • La consommation d’alcool ou de drogue : l’alcool augmente le risque de parodontopathie. Associé au tabac, ce risque est aggravé. La consommation de canabis provoque des gingivites.
  • L’hérédité : dans quelques cas, il existe une prédisposition génétique à la maladie des gencives.
  • Le déficit en vitamine C ou en calcium : il intervient sur la minéralisation osseuse en accélérant la résorption osseuse non compensée par le remodelage osseux.
  • Des facteurs locaux : des obturations coronaires ou des couronnes prothétiques dentaires mal adaptées, des malpositions dentaires ou des blessures de la gencive, dues à un brossage trop vigoureux, par exemple peuvent provoquer des gingivites.